Comment investir dans l’immobilier en France quand on est expatrié

Comment investir dans l'immobilier en France quand on est expatrié

De plus en plus d’expatriés français manifestent la volonté d’investir dans l’immobilier en France. Par ailleurs, cela inclut des procédures assez particulières qui diffèrent d’un simple investissement immobilier. Il est donc important pour eux de connaître les étapes à suivre. Ce sont beaucoup plus des procédures de forme incluant notamment, le déroulement des recherches, la focalisation sur les points importants, le déroulement et le financement dudit projet. En effet, beaucoup d’étapes dont l’expatrié devra prendre connaissance. Voici donc comment un expatrié pourra investir depuis l’étranger.

Un  emprunt pour investir dans l’immobilier en France

Tout d’abord, tout expatrié souhaitant investir dans un projet immobilier en France devra s’enquérir de sa capacité d’endettement. Il s’agit de la première étape et qui est bien cruciale, car beaucoup d’investisseurs surestiment leur capacité de financement et supposent qu’un salaire important permet d’avoir une capacité d’emprunt suffisante.

En effet, il n’est pas toujours évident de lancer un projet d’investissement dans l’immobilier. Aujourd’hui, les banques appliquent plusieurs critères, bien stricts, notamment pour les expatriés. Elles les classent par niveau de risque croissant. Voici donc comment ils sont classés :

  • Les expatriés détachés : sous contrat français,
  • Les expatriés avec un contrat local et qui sont employés dans une entreprise française : sous contrat étranger,
  • Les entrepreneurs.

Investir dans un projet immobilier en France lorsqu’on n’est pas résident est très délicat pour les entrepreneurs. En effet, cette catégorie est classée comme « très risquée » par les banques françaises. Bien que ces derniers disposent parfois de salaires très élevés, néanmoins, cela ne leur garantit pas un emprunt immobilier.

Dans le cas où vous pouvez, techniquement, emprunter pour le financement de votre projet, la banque se chargera de l’étude de votre situation d’expatrié. Cela inclut notamment plusieurs critères dont :

  • L’épargne ainsi que le salaire que vous pouvez domicilier en France,
  • Votre situation professionnelle,
  • Votre situation familiale.

Après l’étude de votre dossier, la banque va émettre, par la suite, un avis favorable ou bien défavorable à votre dossier.

Lire aussi: France: l’accès aux crédits immobiliers va se durcir.

Les recherches immobilières et les visites

Une fois que vous êtes sûr de pouvoir bénéficier d’un emprunt pour le financement de votre projet, vous allez passer à une autre étape encore cruciale et qui est de trouver un bien immobilier à acquérir. Pour ce faire, vous aurez le choix entre, les recherches par internet, via les agences, ou encore d’autres réseaux qui peuvent proposer un immeuble. Cela peut être un notaire, un réseau immobilier pour les expatriés ou encore un avocat.

Toujours est-il que lorsque vous cherchez sur les sites internet ou bien que vous êtes en contact direct avec les émetteurs d’offres, vous devez faire preuve de vigilance. Parfois, il est recommandé de passer par une agence afin d’éviter de vous exposer à d’éventuelles arnaques. En étant expatrié, vous serez sans doute contraint de mener toutes vos opérations à distance, vous serez même amenés à effectuer une visite virtuelle du lieu en question. Parfois, il est recommandé de faire appel à une tierce personne afin qu’elle effectue la visite pour vous afin de s’assurer notamment de certains détails physiques, à l’instar de l’arrivée d’eau, la toiture ou encore l’électricité et le sol. Il y a également d’autres points qu’il faudrait surveiller, à savoir, les charges, les taxes ainsi que les derniers PV de l’AG.